Une question d'entropie

Les structures colorées que je photographie ne sont pas seulement changeantes : elles subissent une inexorable destruction. Ainsi, il ne s'agit pas de fixer un des états possibles d'un matériau instable, mais de capter un instant de beauté dérobé à une forme qui s'évanouit. Une évolution fatale de l'ordre (la goutte primitive, condensée) vers le désordre, puis l'anéantissement (lorsque cette goutte a disparu et est devenue couleur).

Considérée ainsi, cette pratique photographique est donc à la fois recherche du Beau et défi au temps qui passe. Regardez bien ces images, elles ont été dérobées aux griffes du Temps.